Archive | Tendances RSS feed for this section

Le street marketing toujours aussi créatif

6 Juin

Jouer avec les supports est devenu la nouvelle lubie des publicitaires lorsqu’il est question de street marketing. Que ce soit pour mettre en avant une caractéristique du produit de manière créative ou tout simplement amuser le consommateur en rendant la marque sympathique, certaines campagnes sortent vraiment du lot. En voici quelques exemples.

Gü : Give in to Gü

Pour accompagner sa nouvelle campagne TV « give in to Gü » ((re)voir le spot), la marque de desserts a mis en place des affichages « interactifs » permetttant aux londoniens de se défouler sur des batteries géantes. (source : Paper-plane)

Lire la suite

Quand l’actualité politique inspire les publicitaires

27 Mai

Depuis les présidentielles de 2007, une partie de la sphère politique française s’est peu à peu transformée en sphère People. Ainsi, les français s’intéressent parfois autant aux potins mondains des élus qu’à leurs programmes politiques.

En cette période pré-électorale, tous les projecteurs sont tournés vers les prétendants de chaque camp. Chaque rumeur ou ragot sur ce petit monde se transforme en véritable pain bénit pour les médias.

En entrant dans la presse People, les politiques ont en quelque sorte perdu leur immunité que leur accordait leur statut. Maintenant vulgarisés auprès de l’opinion publique, les publicitaires peuvent se permettre de récupérer leurs déboires en toute impunité.

Dernièrement, 2 marques se sont par exemple « attaqués » à la première dame de France à l’occasion des premières rumeurs sur sa grossesse :

Le site « enviedefraises.fr« , qui habille les femmes enceintes, a questionné « Carlita » sur sa grossesse en couverture de Libération (La campagne devait au départ paraître dans Le Parisien Aujourd’hui en France mais la rédaction l’avait jugée trop risquée).

De même, le loueur de voitures Sixt, qui s’était déjà moqué l’an dernier de la taille de Nicolas Sarkozy, profite également de la rumeur pour mettre en avant ses familiales.

Dans un registre plus subtil, Porsche a rebondi sur l’affaire de la photo de DSK montant dans une Panamera avec un message « Porsche ne fait pas de politique, juste de belles mécaniques ».

La dernière affaire du président du FMI n’a par contre pas fait d’émules en publicité, ce qui montre une certaine réserve de la branche quand il s’agit de sujets plus sensibles. 

On peut malgré tout s’interroger sur l’avenir de cette tendance. L’approche des présidentielles va-t-elle voir émerger de plus en plus d’actions de ce genre ou ce phénomène va-t-il rester marginal à cause de marques ou médias trop frileux pour tenter le coup.

Le sexe & les sodas

3 Mai

Schweppes lançait la semaine dernière une campagne pour présenter sa nouvelle égérie. Et c’est Uma Turman, héroïne des films des Tarantino qui succède à Nicole Kidman. Tout en gardant les codes du luxe et de la mode, cette campagne perd un peu la subtilité de son aînée.

L’utilisation de l’univers du sexe n’est pas nouveau dans le secteur des sodas : Déjà en 1976 avec « la main » de Perrier par Gainsbourg ou Gini « la plus chaude des boissons froides« . Plus récemment, c’est Orangina qui a repris ce code avec sa dernière campagne « naturellement », même si on reste ici beaucoup plus décalé. 

De même, positionné au départ sur la paresse avec son « il fait trop chaud pour travailler« , Pulco revient cette année avec un spot axé lui aussi sur le sexe. Mettant en scène un girls-band dansant dans un désert dans des tenues d’hivers pour démontrer l’effet « fraîcheur » de la boisson. 

Certes toutes les marques de sodas n’utilisent pas le sexe pour vendre leurs produits, Coca conserve son univers « Happiness » ou Oasis ses personnages « fruits » complètement barrés.

Les secrets des rois de la pub (1/4)

2 Mai

THE AVANGARDISTS a réuni une série d’interview réunissant planneur strat, DC, directeur des agences telles que Publicis et Nous, Euro RSCG, Buzzmann (a compléter….) afin de prendre le pouls de la publicité et des dernières tendances. Au programme de ce premier volet, l’impact des égéries sur la marque, la montée en puissance du web participatif et le « porno chic » en publicité.

A suivre


SOURCE : AVANTGARDISTS.COM